Autour des bâtiments historiques, des jardins formels et fleuris ont été recréés.

La terrasse sur la Vienne

La terrasse sur la Vienne a une vue spectaculaire sur un site naturel classé ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique). La Vienne est en perspective sur plus d’un kilomètre et fait son chemin à travers rochers, cascades et iles – un site remarquable, magnifique patrimoine naturel.

La cour du château

La cour du château conduit au jardin de printemps et au sentier sauvage vers la promenade sur la Vienne

Le jardin de l’arrivée

Le jardin de l’arrivée abrite plusieurs ambiances :

– Le jardin devant la salle de réception a été conçu par la paysagiste Alice Desbois, diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles et anciennement collaboratrice du célèbre paysagiste anglais Tom Stuart-Smith.

– Plus haut, des collections de fruitiers peu communs ont été plantés et essayent de s’acclimater à la terre et au climat du Limousin (camérisiers, asiminiers, cidos, goumis, gojis, agrumes rustiques etc.) – un peu de gastronomie et de randonnée des papilles

– Une salle à manger végétale a été aménagée sous l’ombre fraîche de noisetiers et un petit théâtre de verdure rustique permettra de créer une scène de fortune, à l’occasion, pour des petits spectacles – des activités culturelles à venir.

– A l’entrée, sur un point haut du jardin avec une vue sur les monts des Cars, l’artiste Suisse, Simon Beer a créé une grande installation « le boudoir du terroir », inspirée par le passage de la nouvelle de Friedrich Durrenmatt : 
«  La Mission ou de l’observateur qui observe ses observateurs » : « Dans notre époque, chacun se sent observé de chacun et
observe chacun. Les hommes souffrent de l’état de non-observés et se voient
absurdes s’ils ne sont pas observés, alors ils s’observent les uns les autres, ils se
photographient et se filment dans leur angoisse de l’absurdité d’être là. »